La mer de glace
Olivier Schefer
friedrich_la_mer_de_glace
La mer de glace
de Caspar David Friedrich 1824, huile sur toile, 96, 7 x 126, 9 cm,
Kunsthalle, Hambourg.
photo of author
Olivier Schefer
Présentation
Maître de conférence en esthétique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, il travaille notamment sur le romantisme allemand et ses implications modernes et contemporaines. Il questionne en particulier les liens entre la poésie et la philosophie, l’écriture (biographie, fiction) et la spéculation.

Publications
Mélanges romantiques. Hérésies, rêves et fragments, Paris, éd. Le Félin, 2013

Novalis, Paris, éd. Le Félin, 2011

La Forme poétique du monde. Anthologie du romantisme allemand, Paris, José Corti, 2003


Cette étude de La mer de Glace de Caspar David Friedrich (1774-1840) vise, d'une part, à souligner les enjeux philosophiques et esthétiques de cette œuvre, liées à la notion de paysage romantique (expression de l'intériorité, ambition spiritualiste, crise du genre historique), et, d'autre part, à dégager la modernité de cette représentation, en rapport aux problématiques du chaos et du fragment. Ce qui nous permettra de nous interroger sur la descendance possible de cette toile dans l'art moderne et contemporain.
Après avoir rappelé les circonstances de sa composition, nous nous proposons de penser ce paysage dans l'optique de la philosophie idéaliste post-kantienne, dont est nourrie l'esthétique de cette période. Il s'agit également de s'interroger sur la conception romantique de l'œuvre d'art symbolique, que partage Friedrich, tout en s'attachant au mode d'interprétation qu'elle sollicite.

Genèse de l'œuvre
Friedrich peint La mer de glace en 1824. Cette toile recueille le souvenir du dégel de l'Elbe. Friedrich peignit d'après croquis des blocs isolés de glace, dont il s'inspirera pour sa composition. Le peintre s'est probablement souvenu de la mort par noyade de son frère, lors d'une partie de patinage, mais aussi du naufrage d'un trois-mâts, prisonnier dans les glaces durant une expédition dans le grand nord.
Ce dernier événement lui inspirera son Bateau pris dans les glaces de 1789-1799.

Le paysage romantique
Le paysage romantique appartient à l'esthétique de l'expressivité. S'inspirant de Kant, le romantisme allemand affranchit l'artiste de sa dépendance à l'égard de la notion de mimésis, pour l'amener à chercher en lui-même les règles de la création (thème du génie). Ce qui est vrai de la poésie et de la musique l'est également du paysage, dont Friedrich pense qu'il résulte d'une vision intérieure, et non d'une donnée immédiate de la perception. Cette œuvre est donc imaginaire malgré son caractère réaliste. De plus, le romantisme bouleverse la hiérarchie classique entre les genres, en faisant du paysage l'expression de l'intériorité et d'un sentiment mystique de fusion avec la nature.

Le sujet de l'œuvre
En rupture avec le genre narratif historique, cette œuvre nous montre à la fois le naufrage d'un navire et la représentation d'une nature hostile à l'homme, aux formes quasi abstraites. Cette ambivalence du sujet est typiquement romantique ; car le paysage ne supplante pas seulement le genre historique de la peinture sacrée, il se présente aussi comme sa relève.

Friedrich donne à voir la transformation de l'histoire en nature. Pour autant, La mer de glace relève surtout d'une esthétique moderne du chaos et de la catastrophe.

Une esthétique du chaos et du fragment
L'empilement désordonné des blocs de glace fait écho aux considérations des romantiques sur l'esthétique du chaos. Le chaos incarne à leurs yeux une totalité paratactique inédite, une harmonie instable dans laquelle les parties sont juxtaposées et non unifiées. Cette forme contradictoire renvoie également à la notion de fragment qui se présente simultanément comme la partie d'un tout et une petite œuvre autonome. Friedrich peignit d'abord trois fragments de glace avant de faire sa toile, lesquels sont aussi bien des études que des huiles originales.

Perspectives
Au-delà du genre « peinture de paysage », que cette toile bouscule, certaines entreprises contemporaines paraissent recueillir l'héritage romantique. Soit en cherchant dans une nature sauvage et inhumaine un lieu pour l'art, comme le feront les artistes du Land Art. Soit encore, en reprenant le dispositif de la fragmentation et du chaos romantique, appliquée à l'histoire contemporaine, comme Hans Haacke avec son installation, Germania, de 1993.

Une lecture philosophique du romantisme
La notion de paysage romantique renvoie au programme esthético-philosophique de cette période : primat de la subjectivité et conception synthétique de l'art, proche de l'idéalisme allemand. À l'« œil physique » de Goethe, Friedrich oppose l'« œil de l'esprit » et la vision intérieure de la nature. La forme synthétique que les romantiques accordent à l'art (unir le sujet et l'objet, le rêve et la réalité, l'art et la nature) se retrouve dans La Mer de glace à travers la pétrification du liquide, la fusion de l'histoire en nature et la tension entre fragment et totalité.

Une réflexion poïétique
L'artiste romantique ne se pense pas seulement comme l'inspiré de Dieu, produisant son œuvre sous l'emprise de forces surnaturelles ou inconscientes. Le « génie » créateur réfléchit aux conditions de possibilité de son art. Le romantisme allemand a ainsi développé une réflexion de nature poïétique sur les conditions de possibilité de la création. Le paysage, en l'occurrence, n'est pas une donnée réaliste, mais une forme que la subjectivité se donne à elle-même.

Une analyse symbolique
Dans la mesure où Friedrich a renoncé aux codes de l'iconographie traditionnelle, ce tableau, comme l'ensemble de son œuvre, n'appelle pas une lecture allégorique mais symbolique de la peinture. Le symbole romantique, à la différence de l'allégorie qui illustre une signification, est à lui-même son propre sens. Ce qui suppose que l'interprète prête attention à la forme même de l'œuvre et à sa structure. En cherchant le sens caché symboliquement dans la nature, au lieu de définir par avance un contenu, Friedrich ouvre ainsi la voie à l'ère moderne de l'interprétation infinie.