“En cas d’oubli, prière d’en faire part”. Etude de l’oeuvre Und ihr habt doch gesiegt
Yann Toma
hans_haacke_und_ihr_habt_doch_gesiegt
Und ihr habt doch gesiegt
Hans HaackeCette animation est en cours de réalisation, vous pouvez cependant
voir sa version complète à l'adresse suivante :
http://imagesanalyses.univ-paris1.fr/v3/oubli-priere-faire-18.html
photo of author
Yann Toma
Présentation
Artiste et chercheur, maître de conférence habilité à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. Directeur de la ligne de recherche art et économie Art&Flux.

Publications
Les entreprises critiques, Art&Flux / Cité du design / Advencia Negocia, 2009

Ouest-Lumière – La Collection, Éditions Jannink, 2008

Part de jouissance, Éditions Jannink, 2007

Faut-il abolir Ouest-Lumière ?, S. Wright, Éditions Incertain Sens, 2005

L'historien n'est pas hors du temps ; il s'interroge à partir des préoccupations de son groupe, dans des termes liés aux problématiques de son époque. S'inspirant de la démarche de l'historien, l'artiste peut en arriver à devenir comptable de l'histoire collective à son tour et engager un travail de commémoration dans le but de transmettre certaines zones d'ombre à l'autre.

Si la commémoration rappelle, honore tel ou tel événement, telle ou telle personne, il plonge dans l'oubli ce qui n'est pas évoqué. C'est un rituel qui nécessite des acteurs et un public. Son (ou ses) officiant s'adresse à une collectivité. Il est reconnu et investi pour le faire.

Il préside le théâtre de la commémoration en organisant le temps de la cérémonie. C'est lui qui est en charge de transmettre au présent l'évocation des mémoires passées.

L'action de l'image convoquée se passe à la fin du XXe siècle. Elle représente un couple de personnes agées en premier plan, l'œuvre de Hans Haacke.
Und ihr habt doch gesiegt (en français Et pourtant, vous étiez les vainqueurs) en second plan et la ville en arrière plan. [voir 01]
Cette image contextualise un processus artistique dans l'espace public. Lorsque Hans Haacke réalise en 1988 l'installation publique Und ihr habt doch gesiegt (en français Et pourtant, vous étiez les vainqueurs), l'artiste joue avec la notion de lieu de commémoration. Il provoque un retournement de la mémoire. Haacke fait reconstruire sur la place principale de Graz (capitale de la Styrie, Autriche), à partir de clichés photographiques de l'époque, le fac-similé d'un gigantesque obélisque qui avait été érigé par Hitler le 25 juillet 1938, lors d'une commémoration nazie.

Dans cette installation, l'obélisque est recouvert d'une draperie rouge portant les insignes nazis et l'inscription Und ihr habt doch gesiegt ; il est surmonté d'une vasque ardente. Le surgissement du passé crée un raccourci spatio-temporel qui engage le travail de mémoire. En rendant présent à nouveau un monument érigé par les nazis, Haacke expose la population à son passé et la questionne :
Vous vous rappelez ? Où en êtes-vous par rapport à cet événement ?
Il sollicite également les esprits et contextualise cette question : Où en êtes-vous par rapport à cet événement et comment vous positionnez-vous aujourd'hui ?
Le monument de Haacke est un miroir. La population se réunit et un vif débat a lieu. Toutes les générations sont concernées.

L'œuvre a tellement d'impact qu'une semaine avant la fin de l'exposition, un attentat a lieu malgré la présence permanente d'un gardien. L'obélisque est brûlé par une bombe incendiaire lancée par des extrémistes. Cet acte révèle que l'idéologie nazie n'est pas morte avec la défaite du IIIe Reich, qu'elle sommeille toujours. L'œuvre a ici une valeur symbolique aux yeux de l'Histoire. Elle met en mouvement les esprits des habitants de Graz et de l'Autriche. Elle devient ce que Haacke appelle un « catalyseur de conscience historique ». Il y a ici une conception de la transmission de la mémoire extrêmement singulière.

Haacke met en présence une situation et appelle à une réaction immédiate. Il relie en permanence le Mahnmal (passé négatif, non assumable, ce que les Etats passent sous silence ou refoulent) au Denkmal (du ressort de l'État, de la mémoire officielle, commémore les hauts faits d'une nation, lieu de pensée, du « pensez-y »).
L'intérêt d'une mise à distance de l'œuvre de Haacke est qu'elle engendre une réflexion bien plus large que la réalité photographique et matérielle de l'œuvre.
L'idée de devoir de mémoire est au cœur des réflexions engagées ici. Und ihr habt doch gesiegt rappelle qu'il ne s'agit pas seulement de se remémorer un événement pour le commémorer et lui redonner sens au yeux de la collectivité, comme l'État peut le faire systématiquement dans le cadre de la conservation du patrimoine.

Und ihr habt doch gesiegt est une œuvre majeure. A travers le processus de convocation de la mémoire qu'elle entraîne, il s'agit avant tout de restituer quelque chose, de faire trace.



La méthode appliquée ici pour l'étude de l'œuvre de Hans Haacke fait appel à une logique de recoupement. La photographie de l'œuvre Und ihr habt doch gesiegt est une image-mouvement. Elle n'est que le reflet d'une étape d'un processus artistique donné. Elle doit être considérée comme un fragment, une trace d'un processus passé. L'idée d'image-mouvement prend sa source dans des logiques de travail en phase avec la pensée warburgienne.

On ne peut appréhender l'image de l'œuvre Und ihr habt doch gesiegt en dépassant le cadre même de l'analyse purement iconographique et en posant les questions qu'elle véhicule auprès de la population autrichienne toute entière, voire de l'humanité. En faisant appel à plusieurs espaces temps, Hans Haacke met en mouvement et en convergence les images présentes au cœur même de la mémoire de la population de Graz.

Trois phases ponctuent l'analyse en présence :

1) Le rappel de notions clés permettant la compréhension et annonçant l'œuvre de Haacke (mémoire et histoire, commémoration) ;
2) La description du processus mis en place par l'artiste ;
3) Les réflexions issues directement de l'acte de l'artiste.