profile="http://gmpg.org/xfn/11"> Images Analyses
La main en direct
Jan Baetens
Lettres au maire de V.
par Alex Barbier, 1998
éd. Fréon/FRMK, 1998 ©Cette animation est en cours de réalisation, vous pouvez cependant
voir sa version complète à l'adresse suivante :
http://imagesanalyses.univ-paris1.fr/v3/main-direct-27.html
photo of author
Jan Baetens
Présentation
Professeur d'études culturelles à KU Leuven (Université de Leuven), laboratoire: MDRN (www.mdrn.be) . Il est coresponsable du master d'études culturelles Ses domaines de recherche : relations mots/images + poésie contemporaine. Il est coordinateur du Pôle d'attraction interuniversitaire 2012-2017, "Literature and Media Innovation"

Publications
The Graphic Novel (New York: Cambridge University Press, 2014), Jan Baetens et Hugo Frey

“The photonovel: Stereotype as Surprise", History of Photography 37-2 (2013), 137-152

"The Photographic Novel: Hybridization and Genre Theory", in Michael Basseler, Ansgar Nünning and Christine Schwanecke, eds, The Cultural Dynamics of Generic Change in Contemporary Fiction, ELCH series (‘Studies in English Literary and Cultural History’, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2013 ), 147-16


Lettres au maire de V. d'Alex Barbier (1998) est une bande dessinée illustrant les possibilités graphiques et narratives de la technique de la « couleur directe ». L'auteur d'une telle œuvre ne sépare plus les divers aspects [voir 01] de la production d'une bande dessinée, qu'il réalise « directement » sur la planche.

L'analyse de la page inaugurale du livre permet non seulement de faire porter l'attention sur le motif capital de la « main », qui joue un rôle à tous les niveaux de l'histoire, mais aussi et surtout de s'interroger sur la manière dont le traitement de ce motif selon la technique de la « couleur directe » intervient sur la construction même du récit et la signification que le lecteur est invité à produire.

L'analyse présentée ici croise une double méthodologie : d'une part les études de la communication non verbale, qui précède et excède la mise en scène visuelle de la main ; d'autre part la théorie de la médiagénie, qui relève d'une sémiotique de l'image.

L'analyse porte d'abord sur la manière dont la main tient les instruments visibles dans les cases. Ces instruments sont représentés de manière ambivalente, car l'instrument d'écriture est aussi un instrument de torture, tandis que la feuille de papier peut aussi être lue comme une porte. De plus, il n'y a pas de lien univoque entre ce que semblent faire la main gauche (tenir une feuille, frapper à une porte) [voir 02] et la main droite (dont le rapport à l'instrument n'est pas moins complexe).

La main peut assumer elle-même le rôle d'un instrument. On étudie ici comment la main même devient un instrument d'écriture, mais aussi de torture. Ici encore, la grande ambivalence au niveau des formes et des sens se fait jour. La main peut blesser, mais aussi être blessée, et ce à travers la même représentation. La main comme instrument tend également à mettre en exergue la structure formelle de la main, intermédiaire entre le bras et corps, d'une part, et les doigts et les ongles, d'autre part.

L'étude de la morphologie de la main comporte divers aspects : d'abord les propriétés formelles internes de la main, comme la couleur ; ensuite la position de la main, dans la diégèse comme dans l'image qui la représente ; puis le geste suggéré par le dessin et par la succession des cases ; enfin les rapports formels et sémantiques entre la main et le cadre environnant dont il n'est pas toujours possible de la détacher.

Comme l'image analysée montre uniquement des mains, non le corps dont ces mains font partie, il est nécessaire de s'interroger sur cette relation, qui s'avère ici hautement problématique. Littéralement, ces mains appartiennent au personnage de l'épistolier dont parle le titre du livre. Métaphoriquement, tout nous invite à y voir aussi une projection des mains du dessinateur, puis aussi du lecteur, ce qui correspond dans l'album au brouillage des rôles du destinateur et du destinataire.

Les mains sont ici représentées de manière relativement immobile. Mais la spécificité de la bande dessinée, qui se fonde sur la pluralité et l'enchaînement de cases, fait que les mains passent d'une position à l'autre. Ainsi s'esquissent des mouvements imperceptibles au niveau des images indépendantes. [voir 03]

Mais à l'instar des autres aspects de la main, les gestes ne peuvent pas être interprétés de manière univoque.


L'analyse sémiotique de la bande dessinée part de l'idée fondamentale que le sens d'une œuvre n'est pas fonction du texte contenu dans les phylactères et légendes, puis illustré par les cases, mais qu'il naît de l'interaction de tous ces éléments faisant système. Cette analyse procède à la fois par division (elle identifie les parties constitutives d'une bande dessinée) et par réarticulation (elle cherche le système qui relie ces parties entre elles). Enfin, elle considère la bande dessinée comme un genre narratif.

Calquée librement sur le concept de photogénie, la notion de médiagénie renvoie à l'idée que tout genre et tout média ont leur propre spécificité, qu'il importe de décrire de manière technique ou matérielle, afin de mieux saisir ses rapports avec les contenus d'une œuvre. Tout contenu ne peut en effet être communiqué dans n'importe quel média, qui influence la manière dont le sens est représenté. Dans la théorie de l'adaptation, la notion de médiagénie joue un rôle capital. Elle permet en effet d'insister autant sur ce qui change d'une forme à l'autre que sur la persistance d'une couche narrative.

L'étude de la communication non verbale est une branche de la sémiotique qui s'intéresse aux signes qui accompagnent la production d'un message linguistique. Elle s'intéresse d'une part aux divers codes que cette communication peut mettre à contribution (par exemple le code olfactif ou le code de la politesse) et d'autre part aux manières très complexes dont ces signes non verbaux peuvent entrer en interaction avec l'énonciation linguistique. Son corpus dépasse de loin les seuls « langages visuels ».

Le « langage des mains » fait partie des objets qu'étudie la communication non verbale. De manière étroite, elle fait partie des systèmes de signes qui sont régis par un code fixe et figé (par exemple le langage des sourds-muets). De manière plus générale, elle relève du vaste ensemble des codes que la société imprime à notre comportement. Le langage des mains est un code socialement acquis et historiquement variable (le même geste peut avoir des significations très différents à divers moments et à divers endroits).